Habitat : des possibilités insuffisamment exploitées.

Publié le par Gaetanne42

 

 

  recycler.jpg  Chauffage des locaux, production d’eau chaude sanitaire, climatisation : l’énergie employée pour satisfaire ces besoins est à l’origine d’importants rejets (CO² surtout).

 

Intervenir sur le neuf et sur l’existant.

 

L’amélioration a été continue et va encore plus loin avec la nouvelle réglementation thermique (appelée RT 2000). Elle est destinée à limiter la consommation d’énergie dans les bâtiments neufs : amélioration des matériaux isolants, perfectionnement des systèmes de chauffage.

 

Mais il y a encore d’énormes possibilités d’amélioration dans les bâtiments existants en réalisant des travaux contribuant à économiser l’énergie et à réduire notablement les émissions de gaz carbonique. Des aides financières permettent d’y arriver plus facilement.

 

Voir les guides pratiques de l’ADEME :

 

*      L’isolation thermique

*      La régulation du chauffage individuel

*      L’entretien des chaudières

*      Les aides financières

 

Les bons réflexes à la maison.

 

Et si, au lieu de chauffer plus, on empêchait la chaleur de s’échapper ?

 

Le chauffage des locaux et de l’eau sanitaire est une source importante  d’émissions. Une isolation efficace permet de chauffer moins.

 

Et pour changer, si on adoptait le solaire ? Les énergies renouvelables ne produisent pas de GES : alors pourquoi ne pas chauffer l’eau et la maison à l’aide du soleil ?

 

Recourir aux énergies renouvelables.

 

On maîtrise de mieux en mieux l’énergie solaire pour produire de l’eau chaude sanitaire et pour chauffer les locaux. Le bois est lui aussi utilisé comme source d’énergie : les appareils sont plus performants et les consommateurs aidés dans leurs choix lors de leurs achats avec le label « Flamme verte » et la norme NF-Chauffage.

 

Acheter mieux et recycler.

 

Affichage de la consommation énergétique des logements, des étiquettes-énergie pour l’électroménager, sensibilisation à l’usage des lampes fluocompactes : l’information est mise en place pour que chacun réduise ses émissions de GES par le biais des économies d’énergie.

 

Les gaz fluorés comme le fréon sont des GES d’une efficacité redoutable et en pleine croissance. Ils sont présents dans les circuits des réfrigérateurs et des congélateurs. On les trouve aussi dans les systèmes de climatisation des habitations & des véhicules. Ils s’échappent dans l’atmosphère quand ces systèmes fuient ou sont mis en décharge. Il est indispensable de recycler en fin de vie les systèmes et les équipements qui utilisent ces gaz.

 

*      Le chauffe-eau solaire individuel

*      Le chauffage et l’eau chaude solaire

*      L’eau chaude solaire collective

*      Le chauffage au bois

 

Electricité : diversifier les sources.

Davantage d’énergies renouvelables.

 

La transformation des énergies solaire, éolienne & hydraulique en électricité ne produit pas de gaz carbonique. Le « gisement » hydraulique est déjà bien exploité, avec de nombreux barrages et centrales au fil de l’eau. Mais les « gisements » solaire et éolien peuvent l’être bien plus.

 

Pour 2010, la France se fixe comme objectif de produire plus de 21 % son électricité à partir des énergies renouvelables, l’éolien notamment.

 

Parlons-en autour de nous.

 

L’efficacité de ses actions dépend du nombre de personnes qui les accomplissent : susciter l’envie d’agir, c’est aussi lutter contre le changement climatique.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article