Les bons réflexes à la maison.

Publié le par Gaetanne42

 

  developpement-durable2.jpg   Une lampe, ça s’éteint, un robinet, ça se ferme.

La chasse au gaspillage est une activité rentable quand on veut rejeter moins de GES.

 

On peut facilement moins consommer d’électricité ou d’eau.

 

Et les veilles de nos ordinateurs, télévisions, magnétoscopes ou four micro-ondes ne sont toujours pas indispensables, mais leur consommation est loin d’être négligeable : la veille de notre TV peut représenter jusqu’à 70 % de la consommation électrique totale de l’appareil.

 

Une ampoule qui consomme 5 fois moins et qui dure 8 fois plus longtemps, c’est bien. C’est le cas des ampoules fluocompactes. Malgré un prix d’achat plus élevé, elles sont vite rentabilisées.

 

La consommation électrique des appareils électro ménagers peut varier du simple au quintuple : les étiquettes-énergie nous indiquent ceux qui sont à la fois sobres & efficaces. Tenons-en compte lors d’un prochain achat.

 

Voir les guides pratiques de l'ADEME 


*      L’électrification en site isolé

*      La production électrique raccordée au réseau

*      Equipements électriques.

 

Au bureau comme à la maison.

 

Pourquoi ne pas changer d’habitude lorsqu’on est sur son lieu de travail ?

 

Les mêmes gestes quotidiens peuvent y être effectués ; éteindre sa lampe quand on sort de son bureau, l’ordinateur, la photocopieuse ou l’imprimante à la fin de la journée, pas trop de chaleur l’hiver, pas trop de fraîcheur l’été…

 

Agriculture : un secteur à explorer.

 

Des émissions mal connues.

 

Le secteur agricole & forestier a la particularité de produire des GES, mais aussi d’en absorber (fixation du gaz carbonique par les végétaux).

 

L’agriculture émet surtout du protoxyde d’azote (provenant des engrais) et du méthane (gaz digestifs des ruminants, décomposition des déjections animales & des déchets végétaux).

 

Les quantités épandues d’engrais azotés doivent diminuées. Des incitations fiscales (taxes sur les engrais utilisés, redevance sur les excédents d’azote dans le sol) pourraient avoir un rôle incitatif important.

 

On peut envisager aussi récupérer et brûler le méthane des lisiers et des décharges pour fournir de l’énergie.

 

Des recherches sont en cours dans les domaines du comportement de l’azote dans le sol, de la digestion des ruminants.

 

La transformation de produits agricoles comme le colza en biocarburants utilisables dans les véhicules permet également de réduire les émissions de GES.

 

Le boisement de terres délaissées par l’agriculture peut contribuer à la diminution des quantités de gaz carbonique dans l’atmosphère : les arbres en croissance fixent ce gaz.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Y

je suis d'accord
J'aime bien votre blog


yveline


Répondre
G


Bonjour Yveline... Merci de petit mot encourageant mais je pense tout simplement que je mets beaucoup d'Amour et de conviction dans tout ce que je pose ici ou ailleurs et que notre monde a grand
besoin de beaucoup d'oxygène... au sens juste ou figuré d'ailleurs...


Très belle Journée à vous... Bien cordialement...